Erika


Date de naissance : 09/04/1990
Lieu : Bordeaux

« L’originalité d’un auteur dépend moins de son style que de sa manière de penser. »
John Stuart Mill

Moi

« Je peux être qui tu voudras, sauf moi-même. » C’est une phrase qui m’avait marquée parce que je m’étais posée beaucoup de question après l’avoir lue. Tout cela peut sembler dépourvu de sens mais au fond ces quelques mots ne sont pas si éloignés de la vérité. Personne ne nous voit de la même manière, personne ne nous connaît vraiment, c’est comme jouer un jeu de rôle avec l’humanité toute entière — un jeu dangereux —. Puisque chacun pensera ce qu’il veut, me présenter n’aurait aucun sens n’est-ce pas ?

Parlons simplement des faits, je suis à mon compte dans le secteur de la beauté, je suis fiancée, je sais ce que je veux dans la vie et je fais toujours tout pour l’obtenir, j’ai fait tatouer mon corps en quatre lieux, je suis pansexuel — même si mon correcteur ne connaît pas ce mot —, je suis compliquée mais j’aime simplement et par dessus tout, je ne suis probablement pas comme vous l’imaginez en ce moment.

Mes lectures

En regardant mon top 5 plus bas, on se rend très vite compte que je suis loin de me confiner dans un style particulier, et cela ne concerne pas uniquement mes lectures. Disons que je ‘goûte à tout’ et deux romans diamétralement opposés pourraient n’avoir aucun mal à me séduire. Certains ont un penchant pour le fantastique, d’autres pour les romans policiers ou les romances, moi je n’ai pas réellement de préférence. Cependant je dois avouer avoir un penchant prononcé pour tout ce qui fait naître des critiques choquées et négatives. Ce n’est pas que je ressens le désir d’aller contre l’avis général ni même que j’essaye de me donner un côté marginal, simplement j’ai constaté que nombreuses sont les personnes à l’esprit fermé rejetant tout ce qui semble sortir de la normalité. Par chance l’environnement dans lequel j’ai grandi a fait de moi une personne ouverte et curieuse. Je suis fascinée par tout ce qui repousse les autres (pas tous, cela va sans dire). C’est pour cette raison que nombreuses de mes lectures traitent de l’homosexualité ou de l’érotisme, avec parfois des concepts sexuels très particuliers. Pour une raison qui m’échappe un peu parfois, le sexe est un sujet tabou pour beaucoup de personnes. Je refuse d’être une de ces personnes alors lorsqu’un livre reçoit des critiques sans réels arguments, je ne peux m’empêcher de le lire pour savoir si tout ça est mérité. C’est après avoir lu Fifty Shades et en ayant lu des remarques négatives qui m’ont semblée injustifiées que ce penchant étrange est né en moi.

Mais ma manière de choisir mes livres est loin d’être la seule chose singulière chez moi. Pour une grande partie des amateurs de lecture, ce qui importe c’est l’histoire. Pourtant pour moi l’histoire est secondaire. Fascinée par la complexité humaine, ce qui importe le plus pour moi dans un livre c’est les personnages. La personnalité d’un être est comme une palette de couleurs, il y a une multitude de possibilités et j’ai soif de toutes les découvrir, bien que cela soit impossible. Plus un personnage est original — unique, différent de ce que les gens appellent la normalité — plus je serai passionnée. J’aime les personnages torturés, ceux atteint d’une maladie mentale, ceux qui vivent différemment des autres, ceux qui ont un amour démesuré… Bons ou mauvais, il faut que les sentiments soient puissants. S’il y a un personnage comme ça dans un livre alors il me tiendra jusqu’à la fin même si l’histoire n’est pas passionnante.

Concernant le style d’écriture je ne suis pas adepte des longues descriptions qui tuent mon imagination. Ce qui est magnifique avec un livre, c’est que même si trente personnes le lisent, aucun n’aura vécu et imaginé la chose de la même façon. On se fait une idée du décor et des personnages, c’est magique. C’est comme si nous inventions nous même l’histoire en s’aidant de ce que l’auteur a écrit pour nous. Alors lorsque tout est énoncé dans les moindres détails il ne reste plus de place pour l’imagination (et accessoirement, je trouve ça ennuyeux à mourir).
Aussi, j’aime lorsqu’il y a des phrases puissantes. Vous savez ce genre de phrase qui devient une citation pour vous, qui vous marque au fer rouge et ne vous quitte plus. On pourrait parler du célèbre « Dessine-moi un mouton » du Petit Prince — bien que ce ne soit pas ma favorite — ou le sublime « Because I’m fifty shades of fucked up. » qui perd malheureusement de son intensité une fois traduit en français. J’aime ce genre de phrases / répliques qui donnent du volume et de la couleur au récit.
Troisième point, j’ai tendance à préférer lire en anglais. Nombreux sont les livres dont je vais parler qui ne sont pas sortis en France. Mes livres préférés sont d’auteurs francophones à 80% et pourtant j’avoue être toujours réticente à l’idée de lire en français. Notre langue est magnifique, c’est pour moi une des plus belles et des plus poétiques mais je la trouve rarement utilisée avec profondeur comme j’aime qu’elle le soit. Alors j’ai tendance à privilégié la littérature étrangère, je plaide coupable.

Conclusion, un roman qui me plaît c’est un roman avec un sujet atypique ou des personnages originaux, éventuellement un style d’écriture unique — mention spéciale à Mathias Malzieu — et si possible sans faute d’orthographe qui me brûle les yeux. Je ne suis pas numéro 1 en orthographe mais moi je ne suis pas payée pour corriger des livres… Conclusion je suis une lectrice qui peut aimer n’importe quel style mais qui reste difficile à satisfaire pleinement. Par chance je suis aussi très difficile à décevoir totalement, il est très rare que je déteste un livre.

Mon top 5

+ Avant Toi de Jojo Moyes
+ Le Petit Prince d’Antoine de Saint-Exupéry
+ Pour Jamais d’Eric Jourdan
+ La Mécanique du Coeur de Mathias Malzieu
+ Geisha d’Arthur Golden

Découvrez mes critiques, mes articles, ma PAL et mon compte Livraddict.

Publicités