La Conjuration Primitive / La Patience du Diable de Maxime Chattam

★★★★★ (5/5) — « Avec ces romans, l’auteur nous démontre que son imagination n’a aucune limite, plongeant dans les abysses de l’horreur pour nous faire voir les fondations et les ramifications du mal. Un voyage dont on ne sort pas indemne – ce que je confirme personnellement tant j’ai été happée par ma lecture de La Conjuration Primitive et de La Patience du Diable. »

PB_Maxime1

Et si seul le Mal pouvait combattre le Mal ?
Le Mal peut-il contaminer ceux qui le traquent ?

⇢ FICHE TECHNIQUE

Titres : La Conjuration Primitive / La Patience du Diable
Auteur : Maxime Chattam
Editeur : Albin Michel
Genre : thriller, suspens
Parutions : mai 2013 / mai 2014
Nombre de pages : 462 / 489

A voir aussi
+ en savoir plus sur l’univers de l’auteur : MaximeChattam.com
+ envie de rejoindre la communauté de l’auteur ? : Chattamistes

⇢ QUATRIEMES DE COUVERTURE

La Conjuration Primitive ~ Une véritable épidémie de meurtres ravage la France. Plus que des rituels, les scènes de crimes sont un langage. Et les morts semblent se répondre d’un endroit à l’autre. Plusieurs tueurs sont-ils à l’oeuvre ? Se connaissent-ils ? Et si c’était un jeu ?
Mais très vite, l’hexagone ne leur suffit plus : l’Europe entière devient l’enjeu de leur monstrueuse compétition.
Pour essayer de mettre fin à cette escalade dans l’horreur, une brigade de gendarmerie pas tout à fait comme les autres et un célèbre profiler, sont appelés en renfort pour tenter de comprendre.

De Paris à Québec en passant par la Pologne et l’Ecosse, Maxime Chattam nous plonge dans cette terrifiante Conjuration primitive, qui explore les pires déviances de la nature humaine.

La Patience du Diable ~ Un go-fast pris en flag qui transporte bien pire que de la drogue…
Deux ados qui tirent sur les passagers d’un TGV lancé à pleine vitesse…
Des gens ordinaires découverts morts… de terreur. Le diable mène le bal, le monde est devenu fou.
Lieutenant à la section de recherches de Paris, Ludivine Vancker comprend bientôt qu’un fil sanglant relie ces faits divers. Rien ne pourra l’empêcher de remonter la piste à sa source. Aux racines de la peur.

Après La Conjuration primitive, Maxime Chattam, dans ce thriller d’une maîtrise glaçante, sème plus que jamais le doute.

⇢ AVIS

8
NADEGE
Note : ★★★★★ (5/5)

Après avoir lu la quasi totalité (deux manquent encore à l’appel) des thrillers de Maxime Chattam, je pensais tout savoir de son univers littéraire. J’étais cependant bien loin de la vérité. Ce dont j’ai fait la découverte lors de ma lecture de La Conjuration Primitive et La Patience du Diable.

Comme Maxime aime si bien le faire, ses deux romans sont ici liés entre eux par les personnages qu’il a mis en scène : l’équipe de la section de recherches de la gendarmerie de Paris, composée de Ludivine Vancker et de Segnon Dabo.

Dans La Conjuration Primitive, tous deux sont accompagnés d’Alexis Timée (doit-on y voir un clin d’oeil à son diptyque précédent avec Guy de Timée ?). L’équipe part ainsi sur les traces de deux tueurs, qu’ils appellent : la Bête et le Fantôme. Deux appellations en parfaite corrélation avec l’état des scènes de crime après le passage de ces deux tueurs. Le premier a en effet une soif sanguinaire. Elle est telle qu’il est capable de manger des morceaux de ses victimes, tout en laissant un carnage inimaginable derrière lui, rendant ainsi difficile l’identification des victimes. Le Fantôme est quant à lui, plus réfléchi ne laissant aucune trace de son passage, excepté le corps de ses victimes qui dévoile des éléments de son modus operandi qui nous glace d’effroi ! Si ce n’est pire que cela … Et il n’y a que dans l’esprit de Maxime Chattam, que de telles idées peuvent naître !

L’horreur fait place au choc lorsque les crimes s’exportent en dehors de la France. Toute l’Europe devient spectatrice des pires crimes jamais perpétrés dans l’histoire. Afin de stopper cette violence, les gendarmes font appel au meilleur profiler : Richard Mikelis.

De Paris, en passant par la Pologne, l’Écosse et le Canada, l’équipe accompagnée du profileur chasseront le mal en se plongeant dans les tréfonds de ce dernier, côtoyant la mort bien plus près qu’ils ne l’imaginent/l’ont jamais été.

Avec ces romans, l’auteur nous démontre que son imagination n’a aucune limite, plongeant dans les abysses de l’horreur pour nous faire voir les fondations et les ramifications du mal. Un voyage dont on ne sort pas indemne – ce que je confirme personnellement tant j’ai été happée par ma lecture de La Conjuration Primitive et de La Patience du Diable.
Un sentiment rendu possible grâce au talent d’écriture de Maxime Chattam. Lui-même avoue ne pas aimer la suggestion, préférant fournir les détails nécessaires afin de nous faire assister aux scènes qu’il imagine et met par écrit.

J’ai un seul regret déjà rencontré lors de ma lecture des romans qui précèdent ceux-ci (cfr. ma critique de Léviatemps et Le Requiem des Abysses). Je ne sais pas si cela vient de ma capacité ou de mon incapacité à ne pas savoir visualiser tous les éléments imaginés par l’auteur, mais je n’ai pas toujours su m’immerger totalement dans certaines scènes à cause de ce problème. Trop de détails tuent le détail finalement. Un souci que je n’ai cependant pas rencontré avec La Patience du Diable. Les crimes étant moins affreux visuellement parlant, tout en relevant de la pire cruauté qui soit ! On ne parle pas du Diable pour rien !

Les personnages ne sont pas en reste non plus face à ces meurtres. Outre les séquelles psychologiques, on voit disparaître ou réapparaître des personnages auxquels on ne s’attendait pas ! Ce qui mène parfois à des peines de coeur dont je ne me suis pas toujours remise personnellement (ou des joies de courte durée certes, mais qui font du bien. Pour ceux qui ont lu la Trilogie du Mal, je pense fortement à vous !).

Les personnages de Richard Mikelis et Ludivine Vancker sont ceux qui m’ont fait la plus forte impression. Le premier car c’est un être tout à fait remarquable ! Un génie de l’esprit malin. Après les « aventures » vécues par nos héros, on est heureux qu’Alexis Timée ait réussi à sortir M. Mikelis de sa tanière ! Ses analyses des criminels mais également du monde dans lequel évoluent les personnages (mais nous aussi par la même occasion) poussent vraiment le lecteur dans la réflexion. Et c’est ce que j’aime aussi chez Maxime Chattam, c’est qu’il n’écrit pas une histoire pour juste en faire une. Il y a toujours une réflexion, une analyse de la société ou de l’homme. En vue de l’évolution de celle-ci durant ces dernières années, ces romans sont presque de circonstance.

Une vérité qui résonne bien plus forte en cette période de deuil suite à l’attentat perpétré au sein du journal Charlie Hebdo. Face à cette barbarie sans nom, j’ai eu l’impression de me retrouver propulser au sein de La Patience du Diable. Un évènement qui fait écho à ceux romancés par Maxime.

Et finalement Ludivine ! Déjà que ce nom m’est familier puisque c’est également celui de ma meilleure amie, je fais également face à une jeune femme pleine de force et de courage vue de l’extérieur mais également d’une très grande fragilité à l’intérieur ! Son caractère à la fois sensible et féroce m’a beaucoup plu ! J’aime ce genre de femme pleine de caractère ! Cependant, on marche un peu sur une corde raide avec elle. Car aussi forte soit-elle, un être humain normalement constitué ne peut en supporter autant ! Et on sent que la rupture n’est pas loin et menace Ludivine comme une épée de Damoclès.

Lorsque je lis Maxime, je sais que je ne serai pas la même lectrice après avoir tourné la dernière page de ses romans. Tout d’abord, parce que ma fascination pour cet auteur grandit au fur et à mesure de mes lectures. C’est à la fois un mélange de peur (l’esprit qui imagine tout cela ne peut être totalement sain) mais aussi une attraction envers ce caractère et ce talent d’écriture. Jusqu’ici l’auteur ne m’a jamais déçue. Ses romans pleins de promesse ont chacun rempli leur contrat. Et c’est avec un grand plaisir (un peu sado-maso pour le coup) que je me plongerai dans son nouveau roman Que ta Volonté soit Faite qui m’attend sagement sur ma table de nuit. En attendant si cet auteur vous est encore inconnu aujourd’hui, n’hésitez pas à rejoindre la communauté des Chattamistes !

⇢ ACHETER

La Conjuration Primitive
Broché — Fnac, Amazon (22,50€)
Poche — Fnac, Amazon (8,10€)

La Patience du Diable
Broché — Fnac, Amazon (22,90€)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s